Est-ce qu’une distillerie peut-être distillerie sans distiller? Faut-il être une distillerie pour commercialiser des spiritueux? Vous êtes vous déjà demandé si ce que vous consommez en terme de spiritueux a bien été distillé par votre distillateur favoris? On essaye de simplifier les choses pour vous présenter quelques statuts de sociétés dans la production et commercialisation de spiritueux.

Une distillerie

Une distillerie peut être considérée comme un lieu de distillation, évidemment. C’est une structure qui transforme, aromatise et/ou créé des spiritueux en utilisant un ou des alambics. Parce que cette dernière distille ça ne veut pas forcément dire qu’elle commercialise sous sa propre marque. Certaines structures produisent effectivement pour d’autres. Attention toutefois le fait que Distillerie apparaisse sur l’étiquette n’est ni une garantie de qualité ni une garantie que ce que vous vous apprêtez à déguster est produit sur place.

Un embouteilleur

Ou Embouteilleur indépendant. C’est une pratique qui brille depuis quelques années grace au rôle des « independant bottlers » qui sélectionnent des fûts de whiskys auprès des plus grandes distilleries pour les commercialiser sous leur marque avec ou sans assemblage. Il peut, du coup aussi, devenir éleveur si les spiritueux suivent ce processus. Sous ce statut on pourrait aussi envisager la pure fonction technique de mise en bouteilles pour d’autres.

Un commercialisateur

Attention ce n’est pas un nom officiel. Cela revient à acheter des volumes ou à développer une recette avec une distillerie puis commercialiser des flacons. Pas de jugement hâtif! Ce choix peut être judicieux car il limite énormément les investissements. En effet pas besoin d’alambic, pas besoin de ligne d’embouteillage ou encore d’un statut d’entrepositaire agréé. La seule contrainte? Les choix liés à la commercialisation tant en terme de qualité que de communication.

Imaginez par exemple un brasseur qui demanderait à une Distillerie de valoriser sa production différemment.

Pour compliquer les choses

Ces statuts peuvent être perméables. Ainsi un distillateur peut aller plus loin et embouteiller et commercialiser ses propres spiritueux mais aussi en produire pour d’autres. Un commercialisateur peut aussi choisir de s’occuper de la mise dans ses propres bouteilles et pourra du coup indiquer qu’il a fait la mise. Une distillerie peut aussi faire le choix de sous-traiter une partie de sa production, embouteiller cette gamme puis la commercialiser. Les exemples et combinaisons sont infinis.

Ce que ça veut dire pour vous

La mauvaise nouvelle c’est qu’il faut de temps en temps rentrer dans les détails (étiquette, site web, …) pour savoir si ce que vous êtes en train de déguster a bien été fait par une distillerie ou si ça a été sélectionné puis embouteillé ou encore si la société commercialise un spiritueux qu’elle achète « clef en main ».

Idéalement chacun assume suffisamment son statut pour ne pas cacher l’origine de ce qu’il fait et de ce qu’il vend.

La bonne nouvelle? Si ce que vous dégustez vous plaît il n’y a aucune raison de penser que vous devriez arrêter. Il s’agit d’une question de goût, de qualité et tout simplement du plaisir que vous ressentez. Donc Distillerie, Embouteilleur ou Commercialisateur si la qualité est là ne vous en privez pas.

Bouilleur de cru, atelier de distillation, distillerie industrielle il existe énormément de statuts que nous prendrons le temps de vous expliquer … une prochaine fois.

Retrouvez plein d’autres articles sur notre Blog

Pour l’actu (actus, ateliers, nouveautés, …) rejoignez-nous sur Facebook

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé